Histoire de la Micro-informatique pt 4 : 1973 – 1984

Amstrad, Microsoft et Apple

Janvier 1983 : Apple présente un nouvel ordinateur exceptionnel : le Lisa (Local Integrated Software Architecture). Il comprend un 68000 à 5 MHz, 1 Mo de Ram, 2 Mo de Rom, un écran graphique intégré de 12″ d’une résolution de 720×364 pixels, deux lecteurs de disquette 5″25 contenant 871 Ko, un disque dur de 5 Mo interne et surtout, il est entièrement et exclusivement utilisable à la souris grâce à son interface graphique.
Le développement de cet ordinateur a coûté extrêmement cher à Apple (50 millions de $ pour le matériel et 100 millions de $ pour le logiciel), ce qui explique son prix élevé de 10000 $. Malgré ce prix, il s’agit tout de même du premier ordinateur personnel à interface graphique.

Du fait de son prix, cette machine rencontrera un succès limité (100000 exemplaires vendus).

Pendant le même temps, Apple doit affronter IBM et son PC. JOBS, continuant de voir en IBM la bête noire, invite Bill GATES à voir son projet de Macintosh en 1982 : il vient de faire entrer le loup dans la bergerie !

Janvier 1983 : Commodore vend son millionième VIC 20.

Mars 1983 : IBM commercialise son IBM PC XT équipé d’un disque dur de 10 Mo et d’un port série pour le prix de 5000 $. Il tourne sous MS/DOS 2.0 qui amène le support des disques dur jusqu’à 10 Mo, les disquettes de 360 Ko et la notion d’arborescence de répertoires sur le disque dur ou les disquettes.

Janvier 1984 : Lors de la mi temps du Superbowl, Apple diffuse le spot publicitaire “Orwellien” 1984 :
On January 24th, Apple Computer will introduce Macintosh. And you’ll see why 1984 won’t be like “1984”.

Ce spot a été diffusé une seule fois mais, du fait de son aspect exceptionnel, il a été rediffusé des dizaines de fois lors des journaux télévisés.

apple_macintosh_1984_high_res1-1024x682

24 Janvier 1984 : Steve Jobs présente l’Apple Macintosh au public. L’ordinateur se présentera lui même en disant “Hello, I am Macintosh and I am glad to be out of that bag” 🙂

Le Macintosh est équipé d’un 68000 tournant à 8 MHz, de 128 Ko de Ram, 64 Ko de Rom, d’un lecteur de disquettes 3″1/2 400 Ko, d’une souris et d’un écran noir et blanc intégré 9″ d’une résolution de 512×384 pixels.
Comme le Lisa, le Macintosh s’utilise entièrement à la souris grâce à son interface graphique. Mais il est trop cher, livré avec trop peu d’applications.

C’est alors qu’Apple conclut un accord avec la société Adobe pour crée un logiciel wysiwyg : la PAO est née ! Le Macintosh devient la machine de tous les graphistes et éditeurs. Mais en 1985, le conseil d’administration d’Apple demande à Steve JOBS de démissionner, suite à toutes ses erreurs. A partir de là, Apple regagne de l’argent.

Chez Microsoft, on essaie de crée une interface graphique comme celle du Mac, Windows 1, qui sort en 1990. Mais de 1984 à 1990, Apple attaque Microsoft pour plagiat de l’interface graphique ;heureusement, Apple perd le procès !

Avril 1984 : Microsoft présente Interface Manager (renommé par la suite Windows), un concept d’interface graphique pour le PC, et annonce sa sortie prochaine.

Juillet 1984 : Jack Tramiel, fondateur de Commodore et ayant quitté cette société en Janvier 1984 prend le contrôle d’Atari pour 240 Millions de $.

Août 1984 : Commodore rachète une petite société en train de mettre au point un nouveau micro ordinateur aux caractéristiques audio/vidéo révolutionnaires : Amiga Corporation.

Septembre 1984 : Digital Research commercialise son interface graphique GEM pour IBM PC.

1984 : Pour succéder au ZX Spectrum, Sinclair lance le QL (Quantum Leap). Il était muni d’un processeur 8/32 bits Motorola 68008 à 7.5 MHz, de 128 Ko de Ram, de 48 Ko de Rom contenant un système d’exploitation multi-taches et d’un Basic et pouvait afficher en 512×512 en 4 couleurs. La machine était aussi équipée de deux lecteurs de microcassettes de 100 Ko chacune et était vendue avec 4 logiciels de bureautique écrits par Psion.

Du fait du manque total de fiabilité de ses lecteurs de micro cassettes et du positionnement curieux comme machine de bureau, ce sera un échec total et la dernière machine Sinclair.

1984 : Amstrad commercialise un micro familial 8 bits bon marché : le CPC 464 qui rencontrera un très grand succès en Europe.
La machine est dotée d’un Z80A à 4 MHz, de 32 Ko de Rom, 64 Ko de Ram et intègre d’origine un lecteur de cassettes et un écran, le tout pour 3000 F (ou 4500 F avec écran couleur).

1984 : Thomson commercialise le MO 5. Processeur 6809e à 1 MHz, 16 Ko de Rom, 48 Ko de Ram et clavier caoutchouc pour 2400 F.
Encore une fois, le plan Informatique Pour Tous garantira le volume de vente de cette machine et assurera le remplissage des placards des écoles Françaises…

thomsonmo5